Repérage UTPMA -15-

Ce samedi 3 mars après-midi, faisait pas chaud, chaud au départ des abords du cimetière d’Aurillac, mais le terrain, bien asséché après le dégel, était idéal pour l’objectif repérage UTPMA.

Edmond guidait notre « équipe A » constituée de  Fred, Max, Pierre M., Eric et votre serviteur... que des cadors !

reperUtpma030312 1

Pour en juger, le profil de la sortie ne laisse aucun doute… 1305 m de D+, record du week-end ! ça monte, ça descend, ça remonte… des montagnes à la fois russes et cantaliennes !

reperUtpma030312 0

Du chinois aussi : le fonctionnement des nouvelles technologies. C’est ainsi que le filmage de la première ascension n’a pas fonctionné (un peu rageant quand on donne tout pour prendre l’avance indispensable pour filmer tout le monde…je n’ai pas pu être victime d’un manque de lucidité à l’instant fatidique ?).

Dommage, « Ed le grimpeur » aurait eu fière allure !

Par contre, lui aussi est mis en difficulté sur les fonctionnalités des écrans tactiles pour la photo-souvenir. Ah, cette fois ça y est !

reperUtpma030312 2

Un peu plus loin, poursuite des choses sérieuses : la deuxième descente sur St Simon sous forme d’une bifurcation à droite du chemin balisé. Même parfaitement débroussaillé, le tracé n’est pas exactement « la piste bleue de merde » décrite par Ed le poète ().

Prudent, Fred est en progrès : zéro chute !!!

Autre sujet d’étonnement général, l’entretien négligé de la monture d’Eric : les indispensables arrêts « resserrage » trahiraient-ils un emploi du temps soudainement  surchargé ? Il s’en est trouvé pour le laisser perfidement entendre, si, si…

A force de descendre en rappel, le niveau bas du circuit est encore atteint : tout reste à refaire ! D’un coup, on se croirait chez Tim Burton.

Profitant de la montée sur goudron, « Max attaque » (!). La réplique d’Ed le sherpa fuse, cinglante : « A Auzolle, tu feras moins le malin ». Plus que le cimetière du point de départ, l’ère glaciaire refroidit les ardeurs au-dessus de Velzic. Comme promis Edmond saisit l’occasion d’une épingle pour placer une accélération à la Pantani. S’accroche qui peut.

Sur le plateau, le panorama limité par la brume manque d’hospitalité. La dépression guette. Un double miracle nous sauve : les gâteaux aux amandes de Pierre notre pâtissier… et la promesse de nouvelles descentes, dont celle des « valeureux ». Moral et rythme sont relancés.

reperUtpma030312 3

reperUtpma030312 4

Pour rappeler qu’il n’exerce pas ses talents qu’en cuisine, Pierre le « sprinter volant » met tout le monde d’accord dans les dernières bourres, vous savez, celles qui demandent de puiser dans les réserves avec le mal aux jambes.

Je savoure néanmoins ma revanche (c’est beau, l’esprit d’équipe…) car je suis arrivé à destination : « Hé les gars, vous êtes morts ? Y’ a plus qu’à remonter jusqu’au cimetière, alors… »

…Depuis, je n’ai plus de nouvelle.


FIN


Texte et photos : Sébastien B.

4 thoughts on “Repérage UTPMA -15-

  1. L’objectivité de l’équipe B, tu parles, j’aimerais bien voir l’échelle de l’ordonnée du graphique.
    Non mais les gars, faut arrêter, dans le Cantal il n’y a pas de canyon.
    Ah pour vous goinfrer de gâteaux, vous êtes forts.
    Le JPP de l’équipe B.

  2. Bon, c’est vrai on bluffe, 5 taupinières dont deux grosses pour mériter notre “4 heures”, mais il faut commencer petit…

  3. Une accélération à la Pantani ? Tu veux dire que j’me drogue ?
    Et puis la suite…tout en modestie, sublime, voir subliminal (bien sûr, c’est lui qui rédige !) “…s’accroche qui peut…” Et bien c’était lui, notre reporter du jour. SEB le magnifique ne cède pas un pouce de terrain, il me dépose même dans la dernière épingle”, en toute modestie, bien sûr..
    Ces jeunes, qu’elle insolence, aucune pitié pour les vieux !

Comments are closed.