N°4 de Mandailles -15- (reportage)

Après 15 jours de pluie Nationale, nous voilà enfin dans nos montagnes. La transhumance peut reprendre.

paysage

Au menu, du noir. Du bien foncé, le noir de ce circuit.

En effet, le n°4 de Mandailles est difficile et technique mais qu’est-ce qu’il est beau.

 

Arrivée au village de Lascelle dés le cimetière,  ça monte sur une route. Ça monte, ça monte, ça monte… Le goudron est mauvais pour la santé mais pour une fois nous fumons le bitume avec plaisir sur 2Km (plus exactement, c’est le bitume qui nous fume sur 2Km) avant de prendre LE chemin. Et quel chemin, une vue magnifique sur la vallée de Mandailles.

olivier

On distingue au bout du pré, un homme.

Il est statique et sa monture est au sol.

Casqué, il est aussi armé d’un pistolet électrique à batterie. 

 

Nous entamons le dialogue.

Ouf !!! Nous sommes sauvés, il est inoffensif.

Vincent BONNET, en plus d’être accompagnateur moyenne montagne, il est l’un des instigateurs des circuits balisés et labellisés de la commune de Mandailles et du Grand Site du Puy Mary.

Vincent BONNET

Il restaure le balisage ainsi que les passages comme les ponts de bois.

Eric, démonstration :

Ça monte.

ça monte

Et ça descend.

et ça descend

 

Les dégradations sont d’origines naturelles (intempérie, etc.) mais il y a aussi un groupe de délinquante qui traîne dans nos montagnes.

Ce gang est plus connu sous le nom de SALERS.

vache cloche

La seule race de vache à passer les ponts de bois.

Ils ont donc rajouté des panneaux de plastiques durs de couleurs jaunes pour que ces dernières ne s’enfuient pas. Les ponts passent tous sur les vélos (Pas vrai Reign Man). On a testé.

Cours de camouflage :

Voilà ce qu’il ne faut pas faire sauf peut être en automne. Du roux derrière des genêts bien verts.

salers cachee

 

LE PAYS VERT


le pays vert

Un peu gras le terrain !!!! pas vrai Eric.

Eric

Sur la fin du circuit, lorsque l’on se retourne et ben… Pas mal, non ????

paysage 2


FIN


Petit clin d’œil à tous ces gars qui tracent et entretiennent des circuits balisés et labellisés dans l’ombre. Merci à eux. On ne pense pas assez souvent au travail réalisé par ces hommes et aux moyens mis en œuvre par les collectivités locales.


Photos et reportage : Jeanmi

3 thoughts on “N°4 de Mandailles -15- (reportage)

  1. Si j’ ai des difficultés à passer les passages à vaches, c’ est que je suis trop léger et mon vélo (le nouveau Reign en 150 mm, une bien belle machine ma foi!) craignons l’ effet boomerang de ces lames plastiques à ressorts.
    Je suis de mauvaise foi, je sais mais fallait que je trouve une excuse pourrie !!!

  2. Tu dois vraiment avoir peur car il n’y a pas de ressort sur ces lames plastiques. Cela ne se contrôle pas. Demande au technicien Ed de te montrer se qu’il ne faut surtout pas faire lors d’un franchissement.

  3. La nature est bien faite, tout de même… Imaginez qu’en plus de mieux franchir les passerelles que certains d’entre nous, les Salers aient la faculté de se camoufler en vert…

Comments are closed.