Le 55km de la DERIV’CHAINES 2019 DU BONHEUR A 360° !

Voilà, c’est fait nous venons de tester sur le terrain le 55km de la DERIV’CHAINES 2019. Il est  tout simplement fabuleux !

Bon d’accord les conditions météo. étaient optimales, le terrain en parfait état, un vrai régal.

Quelques éléments pour vous préparer :

du bonheur à 360°

-On passe effectivement  les 2000m de D+

-5h00 de pédalage pour un groupe de cinq vététistes bien entraînés

-1h00 d’ascension pour rejoindre le premier palier au col du Gliziou au départ de Mandailles (piste en sous-bois bien roulante avec un bon pourcentage mais rien d’insurmontable, un pâturage à traverser qui peut faire mal presque au début de la rando ; à passer tranquillement…)

-20min pour rallier le col de Cère (piste qui alterne faux-plats montants et parties descendantes permettant de bien récupérer avant l’ascension du Plomb du Cantal). Superbes vues sur le massif.

-5min pour descendre au point ravitaillement devant la patinoire de la station de ski du Lioran. 1h30 environ pour rallier le ravito, donc.

-Ascension du Plomb par une piste de ski bien propre. Compter environ 40min

-Là, paysages à couper le souffle. Attention, pour profiter de cette balade jusqu’au bout il faut arriver à ce point pas trop entamé par les efforts

-Redescente par « la voie romaine » en direction du buron de laTuillière. D’abord trace très technique, étroite, caillouteuse, il faudra marcher un peu puis rapidement le chemin devient praticable  puis « génialissime » en allant vers le Puy Gros. Vous serez gavés de paysages et de moquette d’herbe rase pour dévaler en toute liberté dans des espaces infinis…

-A la Tuillière le tracé plonge à droite pour retrouver la forêt. La descente sur Thiézac par le chaos de Castelltinet est magique, magnifiques passage en sous-bois, trace propre, parfois technique, toujours ludique.

-Au Camping de Thiézac, 2e ravito. 3h15 de pédalage depuis le départ. Il reste 22km à parcourir

-Voilà le dernier effort avant la redescente sur la vallée de La Jordanne : remontée en haut de Thiézac bien raide mais assez vite faite puis 200m de descente sur goudron et hop ! nouvelle courte ascension à flan jusqu’au dessus du hameau de La Roucolle. Quelques mètres de route et ça recommence, sentier en faux-plat montant puis redescente à la rivière et remontée vers la route que l’on traverse pour retrouver du chemin, cela jusqu’à Salilhès. Cette partie qui ne grimpe pas trop demande néanmoins de la vigilance, du pilotage et quelques coups de reins pour rester sur le vélo ; bref les petits détails qui commencent à compter lorsque la fatigue arrive…

-A Salilhès que l’on traverse sur le goudron on arrive au dernier « mur ». Là ça grimpe fort sur 3km, voir très fort par endroit jusqu’au col de Berganty (les 300 derniers mètres se font en poussette car le pourcentage est trop élevé par rapport au sol recouvert de cailloux roulants). C’est ici qu’il faudra serrer les dents.

-Par contre une fois là-haut, c’est tout schuss jusqu’à l’arrivée avec une « dévalade » (très peu de parties montantes et toujours courtes) extraordinaire de 10 petits km qui vous fera oublier les courbatures.

Même nous, les gars du pays, sommes revenus scotchés de ce véritable voyage !!!

Venez en forme, mais surtout venez…

Alex, félix, Olivier, Edmond et Stéphane